L’exception Saint-Martin

L’exception Saint-Martin

Le Château de Saint-Martin bénéfice de nombreux  atouts : une histoire passionnante qui remonte aux Romains au IIe siècle avant JC, un terroir remarquable, et un savoir-faire viticole de onze générations. Mais ce n’est pas tout ! Aujourd’hui, le respect de l’environnement, le rôle dans les Crus Classés de Provence, et la présence singulière de femmes à la tête du domaine depuis 1740, font de Saint-Martin un domaine exceptionnel !

A la pointe de l'environnement

 

 

Très longtemps, le Château de Saint-Martin s’est ancré dans une agriculture raisonnée. Opposée aux traitements chimiques massifs de la méthode classique, cette agriculture propose un traitement adapté à chaque situation et tente de minimiser les interventions chimiques au strict nécessaire. Intermédiaire entre le mode de production traditionnel et biologique, elle utilise des produits agropharmaceutiques, mais sans excès.

 

Elle se définit comme une viticulture respectueuse de l’environnement. Ses méthodes vont ainsi chercher à maintenir une diversité biologique de l’écosystème viticole et des ses alentours. L’économie des traitements chimiques sur le vignoble est possible par un suivi méthodique de chaque parcelle basé sur l’observation de la nature et des techniques pointues.

 

Mais aujourd’hui, le Château de Saint-Martin va beaucoup plus loin ! Le domaine a été l’un des premiers en Provence à obtenir le niveau 3 (le plus élevé) de la certification Hautes Valeurs Environnementales. Ce certificat repose sur quatre grands principes :
Utilisation de l’agro-forestière : pour une meilleure préservation de la biodiversité, retour de nombreux insectes, animaux, plantes et autres végétaux
Réduction des pesticides : grâce aux huiles essentielles, vortex de l’eau, épandage d’engrais naturels
Gestion de la fertilisation : nous créons nous-mêmes notre engrais vert en plantant entre les rangs de vigne, à l’automne, un mélange de plantes aux apports nutritifs divers et aux bienfaits antiseptiques
Gestion de l’eau : maîtrisée à tous les niveaux grâce à un système raisonné d’utilisation de l’eau aux gouttes à gouttes (uniquement pour les jeunes vignes)

Ainsi, concrètement, le Château de Saint-Martin applique ces principes :

Durant les vendanges… Des vendanges de nuit afin de conserver la fraîcheur des raisins, en utilisant des machines pour limiter l’oxydation des raisins, et des vendanges parcellaires pour l’obtention des meilleures sélections

Dans l’entretien de la vigne… Avec des taux de sulfite deux fois inférieurs à la norme légale, et des traitements naturels quand la vigne est malade

A la cave… Une cave entièrement en gravité afin d’éviter l’usage intensif de pompes qui bousculent les vins et les abîment. Avec un travail de plus en plus précis sur les vins par la thermorégulation indépendante de chaque cuve, on exploite pleinement le potentiel aromatique du raisin

 

 

Le Château s’inspire ainsi des fondamentaux de chaque mouvement  agriculture raisonnée, bio, biodynamie, pour en prendre le meilleur…
et formuler ainsi sa propre vision ECO-RESPONSABLE !

 

 

Parmi les Crus Classés

 

Au Journal Officiel du 30 juillet 1955, le Ministère de l’Agriculture conférait le titre de «Cru Classé» à 23 domaines et Châteaux de Provence suite à une étude technique et rigoureuse réalisée par les experts de l’INAO.

Cette étude portait sur la géologie, la morphologie, l’hydrologie, la pédologie, la climatologie, la qualité du terroir, l’étude des cépages, les rendements, les types de travaux effectués dans la vigne, les types de vinification et la qualité des vins réalisés sur chaque domaine.

Le Comte de Rohan Chabot, alors propriétaire du Château de Saint-Martin, a beaucoup oeuvré pour le développement de l’AOP et la création du Cru Classé. Aujourd’hui, ces domaines Crus Classés représentent l’élite de la production. La dénomination « Cru Classé Côtes de Provence » est toujours la référence du rosé dans le monde.

 

Le vin au féminin

 

 

Le Château de Saint Martin, ancien Prieuré viticole jusqu’au XVIIIème siècle est entré dans la famille en 1740. Il a été pour beaucoup l’oeuvre des femmes qui se sont succédées dans cette maison. Chacune avait sa personnalité et son histoire. Ainsi…

 

– Marie-Anne de Villeneuve Bargemon, à l’origine de la venue de la famille à Saint Martin. C’est pour elle que le Château actuel fut construit. Passionnée de botanique, elle dessina l’original parc à l’anglaise qui se trouve devant le Château.

 

– Louise Charlotte venue de Saint Domingue en bateau pour se marier en Provence, emporte avec elle, selon la coutume créole, un grand acajou moucheté à l’état d’arbre pour faire une armoire monumentale, afin d’y ranger le linge de son trousseau.

 

– Anna de Meursault, venue toute jeune de sa Bourgogne natale, sut allier le savoir-faire bourguignon avec les cépages provençaux.

 

A travers les siècles, chacune a apporté sa pierre à l’édifice, a donné le meilleur d’elle-même pour contribuer à bâtir ce prestigieux domaine familial, fleuron de l’appellation Côtes de Provence.